Nos formations


Permis à un euro par jour

Permis à 1 €/jour

Avec 700 000 candidats reçus chaque année, le permis de conduire est le premier examen en France. 
Parce qu'un grand nombre de jeunes de 15 à 25 ans n'ont pas toujours les fonds nécessaires pour le financement de leur formation à la conduite, l'Etat a mis en place le permis à un euro par jour. 
L'objectif est simple : favoriser l'accès des jeunes au permis de conduire, à travers un système de prêt à taux zéro avec un remboursement d'un euro par jour.

Le coût total de la formation au permis de conduire ne change pas, mais l'établissement financier avance l'argent et l'Etat paie les intérêts.

Tous les jeunes qui ont entre 15 et 25 ans révolus peuvent en bénéficier, sous réserve que l'établissement financier accepte leur dossier. Après avoir déterminé le nombre d'heures prévisionnel nécessaire, l'auto école établit un devis et un contrat pour la formation au permis de conduire. Ce contrat servira à formuler la demande de prêt auprès d'un établissement financier. Le remboursement (30 Euros par mois) commence dès que la somme est débloquée.

Une question?

Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire Email invalide
Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire
Votre message a été expédié avec succès. Nous allons y répondre rapidement.
Désolé mais votre message n'a pas été expédié.

Charte de qualité des écoles de conduite


Dans le cadre de sa politique de sécurité routière, l’État s’engage financièrement

dans l’opération « Permis à un euro par jour »*, en partenariat avec les

établissements de crédit et les établissements d’enseignement de la conduite.

La présente charte traduit l’engagement de l’école de conduite

participant à cette opération, à poursuivre une démarche de qualité et à respecter les critères suivants.

I . LA QUALITÉ DE L’INFORMATION

Afin que le futur élève puisse comprendre les enjeux de la formation qui lui sera dispensée, l’école de conduite s’engage à :

1. proposer une information claire de ses prestations, par tous moyens appropriés ;

2. mettre à disposition une documentation détaillée exposant les enjeux de la formation au permis de conduire, son déroulement et les conditions de passage des examens organisés sans perception de droits par l’État;

3. proposer prioritairement et en détail l’apprentissage anticipé de la conduite pour le candidat de la catégorie B du permis de conduire ;

4. indiquer le lieu où se déroule la formation hors circulation pour le candidat de la catégorie A du permis de conduire.
 

II . LA QUALITÉ DU CONTRAT

Afin que le futur élève soit assuré du bon déroulement de sa formation, l’école de conduite s’engage à :

1. avoir souscrit à un dispositif de garantie financière ;

2. effectuer une séance d’évaluation initiale de l’élève préalablement à la souscription du contrat et selon un procédé pertinent;3. soumettre à l’élève une proposition détaillée et chiffrée de la formation proposée, faisant apparaître le contenu de l’offre sur la base de l’évaluation, réalisée préalablement, et les coûts unitaires de chaque prestation complémentaire en cas de nécessité de dépassement de cette offre.

III . LA QUALITÉ DE LA FORMATION

Afin que l’élève puisse bénéficier d’un apprentissage à la conduite de qualité conforme aux objectifs de sécurité routière, l’école de conduite s’engage à :

1. dispenser des cours théoriques exposant les grands thèmes de la sécurité routière (prévention des risques liés à l’alcool et aux produits stupéfiants, à la vitesse, au défaut de port de la ceinture de sécurité…). Ils doivent être complétés, pour le permis de conduire de la catégorie A, par un enseignement portant sur les spécificités de la conduite et de la sécurité des motocyclettes abordées dans les fiches de l’interrogation orale de l’épreuve pratique de l’examen du permis de conduire. Ces cours sont indépendants des exercices ou tests qui pourraient être proposés par ailleurs, à titre de préparation à l’examen théorique général ;

2. proposer un apprentissage de la conduite progressif, prenant en compte autant que faire se peut, la variété des situations de conduite, en particulier la conduite sur autoroute ou voie rapide, la conduite de nuit ou dans un environnement dégradé (par temps de pluie par exemple);

3. utiliser systématiquement le livret d’apprentissage comme l’outil de dialogue entre l’élève et l’enseignant, en respectant les quatre compétences de la formation pour la catégorie B du permis de conduire ou les cinq compétences de la formation pour la catégorie A du permis de conduire ;

4. faire accompagner l’élève par un enseignant à chaque présentation à l’examen pratique ;

5. mettre en place la formation continue des enseignants par tous les moyens disponibles ;

6. établir un suivi de la satisfaction des élèves.